Les policiers d’Echirolles caillassés deux fois en 24 heures

Communiqué de presse d’Alexis JOLLY – Président du groupe FN d’Echirolles, Conseiller Métropolitain de Grenoble Alpes-Métropole, Secrétaire Départemental du FNJ 38

FullSizeRender2

En 24 heures, la Ville d’Échirolles a été frappée par deux événements symptomatiques d’une ambiance de plus en plus délétère.
Entre le vol à main armée et en bande organisée de la moto d’un jeune Echirollois, suivi quelques heures plus tard de caillassages de la police dans le quartier Surieux, qui font suite à une série de faits crapuleux qui viennent frapper la commune depuis plusieurs jours, à l’image de cette jeune fille poignardée aux Essarts il y a 3 jours, des détonations entendues à Villeneuve… la situation n’est plus tenable.

La municipalité communiste a laissé depuis des décennies la situation pourrir à Échirolles par clientélisme et crainte des délinquants.
S’ajoutant aux politiques nationales laxistes de droite comme de gauche, aux suppressions massives de postes dans la police et aux failles du système judiciaire, l’incurie et l’irresponsabilité des barons locaux de l’RPS ont permis la prolifération d’un véritable terrorisme du quotidien.
La kaboulisation des zones urbaines se poursuit lentement, zones urbaines où des guérilleros portant en eux la haine de la France, de ses institutions et de ses habitants, peuvent dégrader, racketter, piller, et tuer au couteau, sous le regard passif d’autorités républicaines hagardes et dépassées par les événements.
Face à ce désastre sécuritaire et à l’échec patent de toutes les politiques lâches et attentistes mises en place jusqu’à présent, le Front National d’Échirolles, à l’image de notre mouvement, exige des mesures fortes et immédiates pour assurer la sécurité des Français, par une augmentation notoire du nombre de policiers, une politique de tolérance zéro à l’égard des criminels et de lourdes sanctions, telles que la suppression des aides sociales pour les délinquants.

Ces mesures sévères sont la seule option susceptible d’endiguer une recrudescence de la criminalité qui mine la Nation et la cohésion sociale. Les pouvoirs publics doivent choisir entre la qualité de vie, le bien-être et la non-stigmatisation des délinquants d’un côté et la sécurité des Français de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *