Les antifas seraient-ils ce qu’ils dénoncent?

lycondi[1]Les mal-nommés « antifas » ont encore montré leur vrai visage en contestant bruyamment le résultat des élections européennes lors d’une manifestation complaisamment relayée par les médias.

Jeudi 29 mai quelques centaines de démocrates à géométrie variable se sont rassemblés à Grenoble « contre le Front National » au lendemain des élections pour crier leur révolte face à l’expression d’un peuple qu’ils rejettent de plus en plus. A mesure que ces individus « engagé-e-s » réalisent que leur propagande n’a plus d’emprise sur les Français, ils redoublent de violence et de haine contre eux.

Mireille d’Ornano, conseillère municipale grenobloise et eurodéputée, a tenu à réagir :

« Une fois de plus, la gauche a fait preuve de son sectarisme viscéral. À peine 300 individus ont déversé dans les rues de Grenoble leurs slogans de haine contre les patriotes que nous sommes. Plus la gauche s’agite et plus elle s’enlise, et ce n’est certainement pas le soutien d’un Yannick Noah ou d’un Benjamin Biolay qui y changera grand-chose. Ces manifestations antirépublicaines et antidémocratiques ne font que renforcer le crédit du Front National dans l’opinion pour le bien et le salut de la patrie. »

Rappelons à ces antiFrance ce qu’est le fascisme. Selon le dictionnaire, il s’agit de:

  • Régime établi en Italie de 1922 à 1945, fondé sur la dictature d’un parti unique, l’exaltation nationaliste et le corporatisme.
  • Doctrine ou tendance visant à installer un régime autoritaire rappelant le fascisme italien ; ce régime lui-même.
  • Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu’un à un groupe quelconque, à son entourage.

A la lecture de cette définition, on ne peut qu’être frappé de la similitude avec l’attitude de ces nervis d’extrême-gauche qui contestent le résultat des urnes, appellent à la violence contre le FN (parti légitimement élu), instaurent la terreur, sont protégés par le pouvoir, armés, provoquent des troubles publics pour pousser l’état à interdire les manifestations régulières…

Les fascistes ne sont manifestement pas du côté qu’ils désignent.

antifas cagoulés armés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *